Actualités du site ...

Retrouvez l'actualité future, présente et passée de Montpellier 2020 grace aux onglets ci-dessus ou en cliquant sur :

les rencontres de Mtp 2020 - les programmes et textes des rencontres organisées

les soirées controverses - les invités passés et à venir des débats organisés

la lettre de Sursaut les contenus des lettres publiées depuis mars 2013

bibliothèque  - des documents utiles à consulter

mise à jour le : 19 novembre 2016

contact@montpellier-2020.fr

retrouvez nous sur facebook :

le profil : Montpelliervingtvingt asso

la page : @Montpellier2020

 

Rencontre de Narbonne - L’Occitanie à l’heure des transitions : énergie, numérique, économie, démocratie

quelques jours après les rencontres de Narbonne, un compte-rendu se prépare,

qui présente les échanges entre la centaine de personnes présentes à la journée et au travers des différentes séquences

 

il sera sur le site dans quelques jours

 

Narbonne

« L’Occitanie à l’heure des transitions :

énergie, numérique, économie, démocratie »

le Grand Théâtre de Narbonne.

2, avenue Pierre-Hubert Mouly

Notre nouvelle Région est désormais mise en place. Il est important que l’ensemble des citoyens contribue à sa construction et aide ainsi les élus politiques et les institutions régionales dans leur tâche.

Les trois laboratoires d’idées de Montpellier (M2020), de Nîmes (TPNA) et Toulouse (Compagnie Riquet), ont poursuivi leurs travaux de réflexion et de propositions entamés l’an dernier avec la publication de « Dessine-moi une Région ». Ils se sont plus particulièrement consacrés à explorer quatre « transitions » qui représentent des enjeux centraux pour le devenir de notre Région et de sa place dans la France et dans l’Europe. Il s’agit de la transition démocratique (la Compagnie Riquet de Toulouse), la transition économique (TPNA de Nîmes) et les transitions énergétique et numérique (Montpellier 2020 de Montpellier).

Les textes de leurs réflexions serviront d’appui à cette journée de réflexions et d’échanges à travers quatre tables rondes qui jalonneront les étapes de la journée. Des acteurs économiques régionaux y participeront en tant que « témoins » de lise en place concrète. Un large temps d’échanges sera ouvert avec les participants.

Jacques BASCOU, président du Grand Narbonne, ouvrira la journée.

Jean Louis CHAUZY, Président du CESER, assurera le fil rouge.

Joël ECHEVARRIA, président de la Compagnie Riquet, assurera l’animation.

 

L’entrée est libre et un repas est proposé sur place

Merci de vous inscrire (dans la limite des places disponibles) auprès de :  

jlwolf@orange.fr

 

Programme

Matinée

9 h : Accueil par Jacques BASCOU, Président de la communauté d’agglomération du Grand Narbonne

Fil rouge : Jean Louis CHAUZY, président du CESER

Animation : Joël ECHEVARRIA, président de la Compagnie Riquet

 

9.30 h - première table ronde : la transition énergétique (atelier animé par MP2020)

Jacques PERCEBOIS, professeur émérite de l’Université de Montpellier

Acteur témoin : Jean Marc BOUCHET, président du Groupe Quadran

 

10.30 h - deuxième table ronde : la transition numérique (atelier animé par MP2020)

Katia VIDIC, co-fondatrice de Nelis et présidente de la French Tech Montpellier

Acteur témoin de l’ex-Midi Pyrénées (choisi par la Compagnie Riquet)

 

11.30 h - troisième table ronde, la transition économique (atelier animé par TPNA)

Jean MATOUK, économiste, et Jean-Paul BORE, porte-parole de TPNA

 

12.30 h/14 h : repas pris sur place

 

Après- Midi

14 h : quatrième table ronde, la transition démocratique (atelier de la Compagnie Riquet)

Deux intervenants choisis par la compagnie Riquet

 

14.30 h / 15.30 h : débat avec la salle

Pour ce débat seront présents à la tribune un représentant de chaque partenaire organisateur (Claude NEUSCHWANDER pour MP2020, … pour TPNA et … pour la Compagnie Riquet), Jacques BASCOU et Jean Louis CHAUZY.

 

15.30 h : clôture de la journée avec une synthèse de Jean Louis CHAUZY.

 

Bandeau 1 narbonneBandeau 2 narbonne

 

 

La république des sondages …

l'édito de la lettre de septembre...

 

Apprêtons-nous à l’approche des échéances présidentielles à être envahis par des pluies de sondages se déversant sur nos têtes républicaines aussi sûrement que les ondées orageuses de nos épisodes cévenols. Le dernier en date est celui de l’Ifop publié dans le dernier « Journal du dimanche ».

 

Il nous annonce que 85% de français ne souhaiteraient pas que François Hollande se représente : 59% chez les sympathisants PS, 81% chez ceux d’EELV et 86% au Front de Gauche. Ce chiffre rejoint celui de 1974 après une légère embellie à 78% en 2015 et un nouveau glissement à 80% l’an dernier. En même temps 74 % des personnes interrogées pensent que François Hollande sera quand même candidat à sa propre succession. Ils n’oublient probablement pas que les 8% dont il était crédité à quelques mois des échéances de la dernière présidentielle ne l’avait nullement empêché de candidater aux primaires pour la suite que l’on connait.

A la question « Seriez-vous prêt à voter pour telle personnalité si elle était candidate à l'élection présidentielle ? » les sympathisants de gauche plébiscitent Jean-Luc Mélenchon (41 %) devant François Hollande (36 %), Manuel Valls (34 %), Arnaud Montebourg (32 %), Emmanuel Macron (28 %), Benoît Hamon (25 %) et Cécile Duflot (21 %). Malgré tout, c’est François Hollande qui arrive en tête (46 %) du classement de la personnalité que l'ensemble des Français souhaiterait voir désignée comme candidate du PS à la présidentielle.

Du côté des Républicains, Alain Juppé arrive toujours en tête avec 37 % en tête du classement des personnalités de droite et du centre que les Français souhaiteraient voir remporter la primaire de droite. Le maire de Bordeaux devance Nicolas Sarkozy (31 %), Bruno Le Maire (13 %), François Fillon (10 %), Nathalie Kosciusko-Morizet (5%) et Jean-François Copé (1 %).

Conclusion : un sondage doit toujours se lire en termes de relativité. D’une part, une réponse à un item est souvent corrigée par une autre. D’autre part, un sondage ne constitue qu’une photo à un moment donné de la même manière que nos IPhone ou autres téléphones mobiles fixent nos selfies à un instant précis. 

Il n’en reste pas moins que les sondages sont des façonneurs d’opinion ; il faut bien être conscient. C’est là qu’ils peuvent jouer de façon dangereuse avec la marge de nos règles démocratiques. Ils peuvent ainsi encourager par incidence la désertion des électeurs au nom d’un « à quoi bon se déplacer si les jeux sont faits ! ».

Journaux, télévisions et radios, toujours à l’affût du scoop, mesurent à travers les sondages le plus souvent les seuls effets « miroir » des fluctuations d’opinion qu’ils engendrent eux-mêmes à travers leurs choix d’orchestration de telle petite phrase ou de telle anecdote. Sans compter les réseaux sociaux et la résonance à l’infini que peut créer un simple tweet maladroit (ou au contraire le plus souvent, très adroit). En football on appelle cela le « marquage à la culotte » : cette stratégie aboutit à des jeux le plus souvent stériles, ennuyeux et destructeurs. Les citoyens sont en droit d’exiger plus de grandeur, d’inventivité et d’ambition.

 

la prochaine soirée controverse... le 15 septembre avec Claudy Lebreton

Claudy Lebreton viendra présenter le rapport qu'il a remis, le 3 juin dernier, au Premier Ministre sur l'aménagement du territoire, aujourd'hui en France, dans le cadre européen.... un état des lieux des politiques successives d'aménagement du territoire, avant et après les premières étapes de la décentralisation, aujourd'hui avec 13 régions métropolitaines qui doivent construire leur projet et des départements qui se cherchent à l'heure ou la carte des intercommunalités change, avec des métropoles et des agglomérations qui maillent le territoire et des communautés de communes qui rassemblent de vastes territoires, parfois peu densement peuplés....

C'est tout cela qui compose le paysage français : vous pouvez prendre connaissance du Rapport final lebreton mairapport-final-lebreton-mai.pdf