Sursaut... 4 ans après : synthèse du dossier

  • Par
  • Le 03/03/2017

 

SURSAUT 4

4 ans après…

Synthèse du dossier... suite de la conférence de presse

 

Nous sommes à mi-parcours de la mandature municipale.

L’association Montpellier 2020 avait produit en 2012 un document « Sursaut » à destination des divers candidats à la Mairie de Montpellier et, par suite, à l’Agglomération devenue Métropole.

Il contenait 8 grands thèmes et 30 propositions. Cette publication a été suivie de 3 autres

A l’occasion de la mi-mandat, nous nous sommes à nouveau penchés sur ces thèmes et propositions en nous posant quelques interrogations simples :

- Etaient-ils pertinents ?

- Ont-ils été mis en œuvre par le pouvoir local ?

- Doivent-ils être amendés, renouvelés, complétés ?

Ce travail de réflexion, conduit collectivement depuis plusieurs mois, permet aujourd’hui de dire que, dans leur ensemble, nos propositions ont montré leur pertinence, ont été écoutées et suivies pour beaucoup : maîtrise des dépenses, nouveaux modes de consultation des citoyens, entre autres.

Quelques points restent, cependant, à nos yeux en suspens et mériteraient une meilleure visibilité comme le rôle effectif dévolu aux nouvelles instances mises en place (non prévues par la loi), ou encore une meilleure définition de la ligne politique culturelle et/ou sportive de la Métropole, ou enfin les actions prévues pour réduire le coût du logement.

Dans l’ensemble, il nous semblerait opportun que soit désormais proposée et affirmée une politique globale de moyen terme à laquelle une majorité de citoyens peut adhérer, voire s’identifier.

La maîtrise des budgets est certes importante, de même que les contraintes liées aux dépendances des décisions des autres instances régionales et nationales, mais elle ne doit pas pour autant empêcher la définition d’une ambition générale pour notre Métropole, notamment en matière économique et du développement de l’emploi.

La French Tech, la défense de Montpellier lors de l’extension de notre Région, l’IDEX, l’affirmation de la nécessité de la ligne LGV et de la nouvelle gare, la décision du lancement de ligne 5 ou la défense de notre pôle médical sont autant d’exemples de volontés politiques clairement affirmées et qu’il faut continuer à soutenir.

Le devenir de l’orchestre de Montpellier, la nécessité d’une entente de nos universités autour d’un regroupement commun ou le devenir de notre urbanisme représentent d’autres enjeux urgents si nous voulons que Montpellier garde sa place d’excellence parmi les autres grandes métropoles de notre pays comme Bordeaux, Nantes ou Toulouse.

Après plus de trois années, l’exécutif local fait avancer de façon intéressante plusieurs dossiers : santé et numérique, regard nouveau sur le développement du centre ville, politique équilibrée entre urbanisation et espaces agricoles, mais ces dossiers pour importants sont-ils suffisamment porteurs d’une ambition qui permettra à la Métropole montpelliéraine de poursuivre sur sa lancée ?

Mais il nous semble que nous avons besoin aujourd’hui de l’expression d’une plus forte ambition commune, fédératrice. Nous ne sous-estimons pas les contraintes, notamment budgétaires, qui s’exercent sur l’exécutif, cela rend d’autant plus indispensable de faire des choix.

L’avenir de la Métropole, sa capacité à faire vivre en harmonie ses différentes composantes, doit  s’exprimer dans un projet commun dans lequel les multiples initiatives déjà prises prendront un nouveau sens, c’est sans doute ce que notre travail fait ressortir de plus important.

Notre Métropole est certes en développement constant, elle est placée dans les 10 premières zones urbaines de France, mais est désormais la seconde de la Région Occitanie et reste une collectivité d’importance moyenne au niveau national et européen.

 

Elle a un besoin vital de se structurer autour de quelques idées fortes pour devenir leader dans un ou deux domaines différenciant.

 

Avoir trop de priorités fait prendre le risque de n’en atteindre aucune.

Nous allons continuer ce travail de construction de propositions et de suggestions autour des 8 thèmes déjà retenus en 2012. Nous y ajouterons prochainement deux nouveaux sujets : la pauvreté et la précarité à Montpellier et le tourisme. Un nouveau document sera publié en 2017.

Et nous ferons connaître aux élus nos propositions, sans esprit partisan, animés par le souci de faire progresser notre collectivité. A charge pour eux de s’en inspirer… ou non.

*

*    *

Pour rappel - Montpellier 2020 est un « Laboratoire d’idées » créé en 2011. L’association composée d’acteurs locaux publie chaque mois une lettre d’information destinée à plus de 500 abonnés. L’ensemble des textes déjà publiés est accessible sur le site « Montpellier 2020 »

 

Sursaut débat